top of page

Résultats de recherche

8 éléments trouvés pour «  »

Posts de blog (4)

  • Stefanie Savary X Lesego Seoketsa

    Stefanie Savary transforms a Lesego Seoketsa art piece into artisan fashion. October, 2022 Makwande Art Residency’s recent collaboration with designer Stephanie Savary - 12 Robes, translates Lesego Seoketsa’s captivating painting into an exclusive artisan-made silk jumpsuit. The original artwork ‘Never Too Much’ was painted by Seoketsa during her Makwande Art Residency in Mandelieu La Napoule, France 2022 Savary recalls being inspired by Seoketsa’s vibrant and expressive works. The collaboration leads Savary into her latest edition of her ART&COUTURE series, converting unique artworks into exclusive fashion items. Her process is a dance that begins with photographing the artwork as faithfully as possible. Once she decides upon a design, the artwork is printed into high quality fabric. Each item is then hand made by an artisan on a per order basis. A total of 12 items are made per series, making them a must-have lifetime experience. Never Too Much is a painting reminiscent of 70’s glamour and highlife depicting a bold black figure in a purple suit and hat. Savory says, ‘I wanted to translate the feelings that arise from looking at a beautiful and touching painting into a wearable experience. I interpreted the suit depicted on the canvas as a wide flowing silk jumpsuit, using the top part of the painting as the jumpsuits body. I then translated the bottom red and pink chequered pattern as a turban accessory’. Reimagining works into functional art expands the audience’s experience and gives longevity to art works. The jumpsuit is available in a labelled limited edition on the Stefanie Savary 12 Robes website. "Never Too Much " by Lesego Seoketsa Makwande Art Residency not only affords African female artists the opportunity to practice in France but to also meet and collaborate with other formidable creatives. The experience is a collective expansion of reach and impact. It is the fostering of female led and female executed initiatives to create racial and gender equity in the art industry. Nomaza Nongqunga Coupez & Tatiana Stolyarova wearing Stefani Savary jumpsuit It is through such bold initiatives that continental rifts are bridged. As Dostoyevsky said – beauty will save the world. This artisan-made jumpsuit is available on order in a labeled limited edition of 12 www.stefaniesavary.com Written by : Dzunisani Ngobeni

  • The Reinvention of Lesego Seoketsa

    Art (verb): to continuously bring into being new forms of engaging with the world. Contrary to popular belief, art is not a noun but a verb. It is an action, persistent and unrelenting, that requires dedicated agents for its production . Art is not limited to a physical or conceptual framework, it is a continuous collaboration between actors and spaces. Yearly, Flight Logistics - a courier service and one of Undiscovered Canvas’ sponsors - actively engages in the redefinition of spaces and modes of artistic production, through their initiative #ArtonWheels Launched in 2016, #ArtonWheels Vehicle Wrap Public Art Program spotlights contemporary visual artists by wrapping their art on courier vans. Together, artist and collector, reinvent the artwork in both its form and function. According to Flight Logistics, #ArtonWheels is “the perfect opportunity to showcase different artists and styles of art and actively help make it accessible to a wider audience” (Flight Logistics, 2022). #ArtonWheels focuses on promulgating underrepresented and marginalised artists and broadcasting their works to a diverse, inclusive, audience: everyone. The winner of this year’s 21st #ArtonWheels competition was Undiscovered Canvas’ very own Lesego Seoketsa. Seoketsa joined us at Makwande Art Residency last May 2022, where she debuted and completed her latest collection “Awaken”. Awaken is both a tribute to the emancipatory and transformative role of adornment and aesthetics, and a plea for South African women to enjoy comfort. To revel in opulence and tranquility. Seoketsa’s artworks demonstrate the centrality of jewelry in women’s self expression through the extravagant dress or gold earrings donned by her characters. However, Seoketsa also valorises the importance of immaterial luxuries, such as time. Veiled in suppliances for abundance and peace, is a reminder to be present. Her message is immortalised on #ArtonWheels 21st wrap: “Stop running from the present…Now is the best place to be”. Lesego Seoketsa is Undiscovered Partner’s third artist to collaborate with Flight Logistics. #ArtonWheels 21st wrap, is a dare to live and to be awakened by the beauty of being. Written by Jean Sheila Messi Liberal Arts and Sciences undergraduate

  • Upon Linen We Gather

    February, 2021 SoShiro Gallery – Marylebone, London The African vernacular experience is a tapestry of language and its dialects, familial cultural norms and their tribal nuances, the pursuit of greatness anchored in the gravitas of communal duty. It is on this tapestry of intersectional culture, in a west London gallery that my social axis is tilted. SoShiro Gallery – Marylebone, London The door is opened by a tall, beautiful woman, with a dreadlocked ponytail, who welcomes us with homely ease. The gallery, at first sight, looks like its former life, a Georgian Marylebone white terraced home. This style of display is a far echo from the white-walled gallery norm. Instead, the works hang against floor-to-ceiling geometric walls. The featured pieces of contemporary furniture give the art a familial and intimate poise, making the majestic attainable, liveable. I later learn that the woman is Shiro Muchiro, Kenyan born interior architect and founder of SoShiro Gallery. Her work centers on mixed media collaborations and expanding our experience beyond museums into lived spaces. Nomaza Nongqunga Coupez and Lulama Wolf at the Makwande Art Residency in Antibes, South of France We turn into what would’ve been the living room and in it stands an icon in the South African art industry, Nomaza Nongqunga Coupez, draped in copper-orange velvet. The France-based entrepreneur and founder of Undiscovered Canvas, with a focus on “promoting investment in African arts”, greets us wholeheartedly. The girl had a split second to decide who I’d be in this narrative, but fangirl and hype-woman be my original nature! I Marylebonically, black-girl-in-an-art-gallery, lost my mind. She gracefully talks us through some of the pieces she’s curated for this exhibition. Her pride is that of a midwife, holding a new born in the air. Lulama Wolf at the Makwande Art Residency in Antibes, South of France The African perspective is a common caricature in western culture. We are not often set up as intelligent, fully formed, positive contributors to our own narrative and to the world’s at large. But here I am, in a house exclusively dedicated to showcasing Luluma Wolf’s phenomenal work. Her art embodies a strong African vernacular language with a contemporary tone. She peels at the layers surrounding pre-colonial dignity and spirituality. In this collection of Ndizalwe Nge Ngubo Emhlophe (I was born wrapped in a white blanket), she works through the mediums of acrylic paint mixed with Mediterranean sand, carefully stroked onto linen canvas. It is upon her linen canvases that we gather and marvel. The work is gritty yet gentle. The prominent eye is a call, a cry, a conversation, a prayer. SoShiro Gallery – Marylebone, London The evening ends with communion and warm drinks. At this point, we have also met Mae, Maya, and Elle of Zambian descent. Nomaza is generous with her time and heart. We all share a full spread of hope and the lessons of lived moments. We loan each other courage; we barter in beauty and purpose. I remember my WHY and breathe in this answered prayer. I STAN every single woman I met on this day: their generosity of spirit, their intelligence, and the important work they do for black women. You don’t know you are writing an International Women’s Month piece until you are writing one. Written by : Dzunisani Ngobeni

Tout afficher

Autres pages (4)

  • Donations | Makwande

    DES DONS Nous avons besoin Ton Soutien! Fondée par Nomaza Nongqunga Coupez, la Makwande Art Residency est une organisation d'art visuel contemporain à but non lucratif qui encourage la créativité, la recherche et l'expérimentation grâce à son programme de résidence internationale pour les artistes féminines africaines émergentes. La recherche de fonds et le soutien des donateurs jouent un rôle déterminant dans la création et la conduite de ses projets. ​ Nous travaillons pour élever les artistes féminines africaines et élever leur travail au-delà de leurs milieux défavorisés. Au fur et à mesure que nos artistes réussissent, leur impact se répercute, inspirant d'autres femmes à atteindre leur plein potentiel. Nous espérons montrer aux femmes artistes africaines qu'il est possible de vivre une vie épanouie en faisant ce que l'on aime. ​ Nous accueillons et avons besoin de tous les dons de donateurs personnels et privés, à partir de 50 € seulement, car chaque centime compte pour nous aider à réaliser notre vision. ​ FAITES UN DON EN LIGNE ​ ​ ​ Lulama Wolf at the Makwande Art Residency Lulama Wolf at the Makwande Art Residency Lesego Seoketsa at the Makwande Art Residency Lulama Wolf at the Makwande Art Residency 1/12

  • Lesego Seoketsa | Makwande Art Residency

    LESEGO SEOKETSA Mai 2022 | Mandelieu La Napoule Makwande accueille une autre jeune et talentueuse artiste africaine - Lesego Seoketsa - à Mandelieu La Napoule, France, pour faire partie de son programme it's accelerator. ​ Lesego continuera d'explorer sa série intitulée "Amacici" qui se traduit par des boucles d'oreilles en isiZulu. Cette série d'œuvres s'inspire de la pratique de la parure et de l'embellissement, avec des bijoux, de la mode et du maquillage. Les bijoux étaient interdits dans l'enfance de Lesego en raison des croyances religieuses de sa famille. Se parer et s'embellir est l'un des désirs d'enfance refoulés de Lesego, et à l'âge adulte, elle commence à explorer et à redéfinir ce que signifie la parure. En tant qu'enfant vivant dans le canton, Lesego voyait des femmes avec des dents en or, des ongles longs et glamour et des coiffures de différentes couleurs. Tout au long de l'histoire, la pudeur chez les femmes a toujours été encouragée, cependant, les femmes n'étaient pas autorisées à définir ce qui constitue le mot «pudeur». Souvent, les femmes qui étaient expressives dans leur tenue vestimentaire étaient étiquetées et perçues de manière désobligeante. Le vrai récit était que ces femmes étaient libres et indépendantes dans leur expression d'identité. La parure est quelque chose qui est étroitement lié à l'expression de soi et à l'identité. Le maquillage est souvent utilisé pour se mettre en valeur et s'embellir. Pendant son enfance, Lesego a appris que la parure et l'embellissement de soi affichent un manque d'humilité et de modestie, ce qui symbolise un caractère « pécheur ». Bien que le caractère ne puisse pas seulement être jugé par l'apparence, la façon dont on se pare est une expression et un indicateur de ses intérêts. C'est un langage visuel. L'identité est complexe et nuancée, et la parure est utilisée comme l'une des choses pour communiquer ou construire son image de soi. Au cours de cette résidence, Lesego s'inspirera des créateurs de mode occidentaux, des artistes et des cultures d'Afrique australe. Elle explorera les thèmes du fantastique et du surréalisme à travers la parure. Enfant, elle se perdait dans des mondes fantastiques où elle pouvait s'habiller et être qui elle voulait être. Elle s'inspire actuellement de la créatrice Elsa Schiaparelli, de l'artiste Salvador Dali, et s'inspire également des bijoux qu'elle a vus enfant lors des cérémonies traditionnelles des mariages Xhosa et Tswana, ainsi que des bijoux portés dans les townships. Explorer la parure ne concerne pas seulement l'attrait esthétique, mais aussi le symbolisme du monde fantastique intérieur que Lesego continue de créer. Le symbolisme à travers la robe engendre la capacité de communiquer des mondes intérieurs et des paysages dans le domaine tridimensionnel dans lequel nous existons. Lesego combine les influences de la fantaisie et de la spiritualité pour exprimer des ornements symboliques et fantaisistes à travers des peintures de la série Amacici. C'est libérateur pour Lesego d'explorer ses désirs d'enfance refoulés et d'en tirer des leçons. Dans ces œuvres, elle se souvient des femmes de son enfance : voisines, membres d'église, infirmières, enseignantes, mères et jeunes femmes à la mode de son canton. Elle a toujours observé comment les femmes expriment leur beauté à travers la parure et à quel point ces pratiques sont thérapeutiques et libératrices. Elle a également observé comment les femmes quittent les salons de beauté comme si un poids avait été enlevé de leurs épaules. Lesego apprend comment le patriarcat produit du misogynoir dans la religion et la spiritualité, où les femmes sont découragées d'exprimer la joie et la liberté par la parure et l'embellissement des traditions. La série Amacici est également un univers alternatif où Lesego permet à son enfant intérieur de s'engager dans le fantasme et l'abstraction de la parure et de la féminité. Catalog English Catalog In French

  • Lulama wolf | Makwande Art Residency

    LULAMA WOLF Novembre 2021 | Antibes Makwande Art Residency en partenariat avec la Municipalité de la Ville d'Antibes. Makwande Art Residency est honoré d'accueillir Lulama Wolf à la Villa Fontaine à Antibes sur la Côte d'Azur. ​ La villa située à proximité de la colonie Safranier, surplombe la place de Nikos Kazantzakis. L'emplacement est idyllique avec vue sur les remparts et le Cap d'Antibes. La propriétaire, Marie-Jeanne Fontaine, née Aimé, était une amie des Arts & Lettres. A sa mort en octobre 1990, elle lègue sa maison à la Ville d'Antibes, afin d'inviter des artistes (photographes, peintres, sculpteurs ou écrivains) lors de leur résidence. Lulama explorera des thèmes sur lesquels elle a travaillé au cours de sa pratique, ces thèmes explorent différentes expressions et variations de la spiritualité et yearnings of rest. 'Iyabukisa Izondisa ngbangaboni' (il est si beau que même les aveugles ne s'en offusquent pas) Lulama 'wolf' Mlambo est une artiste visuelle de 27 ans qui vit et travaille à Johannesburg en Afrique du Sud. Un thème principal dans le travail de Mlambo est l'espace, la spiritualité et les influences de l'architecture vernaculaire. Elle explore la condition humaine de manière extrêmement imaginative en créant des personnages hyper visualisés. Curiosité pour la science dans le contexte africain, comment les différents thèmes sont liés et quels rôles ils jouent les uns par rapport aux autres. Son travail à l'intersection de la néo-expression et de l'art africain moderne, Mlambo interroge l'expérience africaine précoloniale à travers l'esprit contemporain en utilisant des techniques de barbouillage, de grattage et de pigmentation profonde qui étaient utilisées dans l'architecture vernaculaire ou les motifs créés par la plupart des femmes pour décorer les maisons africaines. L'histoire et la preuve de la vie sont les langages de base de son travail où il y a peu ou pas de référence à la vie dans la spiritualité noire. Elle utilise ce récit en mettant en scène ses 2D Acrylic paintings pour incarner la simplicité de l'œil natif. Son intention est tendre et protectrice de son monde imaginaire ou plutôt de sa vision symbolique de l'apparence de son monde dans un univers a alternate. Elle est déterminée à créer une expérience photographique/graphique qui se transforme et se transforme en un plan bidimensionnel ou supérieur. LULAMA WOLF Lulama Wolf discute de son expérience lors de la résidence d'art Makwande à Antibes, dans le sud de la France. Fondé par Nomaza Coupez, le Makwande Art Residency Program encourage la créativité, la recherche et l'expérimentation grâce à son programme de résidences internationales pour les artistes émergents.

Tout afficher
bottom of page