top of page
LESEGO SEOKETSA
©m.chatonnier-LesegoXundiscovered-canvas-V1-5.jpg
Mai 2022 | Mandelieu La Napoule 

Makwande accueille une autre jeune et talentueuse artiste africaine - Lesego Seoketsa - à Mandelieu La Napoule, France, pour faire partie de son programme it's accelerator.

Lesego continuera d'explorer sa série intitulée "Amacici" qui se traduit par des boucles d'oreilles en isiZulu. Cette série d'œuvres s'inspire de la pratique de la parure et de l'embellissement, avec des bijoux, de la mode et du maquillage. Les bijoux étaient interdits dans l'enfance de Lesego en raison des croyances religieuses de sa famille. Se parer et s'embellir est l'un des désirs d'enfance refoulés de Lesego, et à l'âge adulte, elle commence à explorer et à redéfinir ce que signifie la parure. En tant qu'enfant vivant dans le canton, Lesego voyait des femmes avec des dents en or, des ongles longs et glamour et des coiffures de différentes couleurs.

Tout au long de l'histoire, la pudeur chez les femmes a toujours été encouragée, cependant, les femmes n'étaient pas autorisées à définir ce qui constitue le mot «pudeur». Souvent, les femmes qui étaient expressives dans leur tenue vestimentaire étaient étiquetées et perçues de manière désobligeante. Le vrai récit était que ces femmes étaient libres et indépendantes dans leur expression d'identité. La parure est quelque chose qui est étroitement lié à l'expression de soi et à l'identité. Le maquillage est souvent utilisé pour se mettre en valeur et s'embellir.

Pendant son enfance, Lesego a appris que la parure et l'embellissement de soi affichent un manque d'humilité et de modestie, ce qui symbolise un caractère « pécheur ». Bien que le caractère ne puisse pas seulement être jugé par l'apparence, la façon dont on se pare est une expression et un indicateur de ses intérêts. C'est un langage visuel. L'identité est complexe et nuancée, et la parure est utilisée comme l'une des choses pour communiquer ou construire son image de soi.

Au cours de cette résidence, Lesego s'inspirera des créateurs de mode occidentaux, des artistes et des cultures d'Afrique australe. Elle explorera les thèmes du fantastique et du surréalisme à travers la parure. Enfant, elle se perdait dans des mondes fantastiques où elle pouvait s'habiller et être qui elle voulait être. Elle s'inspire actuellement de la créatrice Elsa Schiaparelli, de l'artiste Salvador Dali, et s'inspire également des bijoux qu'elle a vus enfant lors des cérémonies traditionnelles des mariages Xhosa et Tswana, ainsi que des bijoux portés dans les townships.

Explorer la parure ne concerne pas seulement l'attrait esthétique, mais aussi le symbolisme du monde fantastique intérieur que Lesego continue de créer. Le symbolisme à travers la robe engendre la capacité de communiquer des mondes intérieurs et des paysages dans le domaine tridimensionnel dans lequel nous existons.
Lesego combine les influences de la fantaisie et de la spiritualité pour exprimer des ornements symboliques et fantaisistes à travers des peintures de la série Amacici.

C'est libérateur pour Lesego d'explorer ses désirs d'enfance refoulés et d'en tirer des leçons. Dans ces œuvres, elle se souvient des femmes de son enfance : voisines, membres d'église, infirmières, enseignantes, mères et jeunes femmes à la mode de son canton. Elle a toujours observé comment les femmes expriment leur beauté à travers la parure et à quel point ces pratiques sont thérapeutiques et libératrices. Elle a également observé comment les femmes quittent les salons de beauté comme si un poids avait été enlevé de leurs épaules. Lesego apprend comment le patriarcat produit du misogynoir dans la religion et la spiritualité, où les femmes sont découragées d'exprimer la joie et la liberté par la parure et l'embellissement des traditions.

La série Amacici est également un univers alternatif où Lesego permet à son enfant intérieur de s'engager dans le fantasme et l'abstraction de la parure et de la féminité.

Lesego Seoketsa | 2021: Projets
Lesego Seoketsa | 2021: Pro Gallery
bottom of page